5. Young Blood

Sonkei accompagna Nomi devant la majestueuse entrée du Temple, et lui ouvrit la grande porte. Examiner les textes saints, apprendre les techniques chamaniques – cette initiation fut le moyen de comprendre la mission qu’il ferait un jour sienne en devenant The Saint : protéger cet environnement diaphane lorsqu’il rayonne, mais d’onyx lorsque point l’effondrement.
C’est en sondant les textes qu’il comprit précisément le fonctionnement de la Terre mère dans le giron de laquelle germaient les prétendants. Dans cette vie solitaire, plusieurs visions lui apporteraient des allusions à une modification du Cycle.
Les saisons s’écoulèrent et un jour, un Nomi adulte et expérimenté sortit du Temple sacré. Il se dirigea avec sérénité vers la bâtisse des protecteurs, admirant le paysage immuable, il retrouva ces espaces merveilleux qu’il avait tant aimés. Durant un cycle solaire, il flâna au gré de l’immensité et en redécouvrit les contrées, pour enfin rejoindre les abords de la Porte antique qui marquait l’entrée de l’édifice. Au moment où Nomi pénétra réellement dans la zone, l’agonie d’un monde se dévoila à ses yeux. La végétation moribonde succombait des étreintes du feu ; les cadavres d’animaux parsemaient le paysage. Le contrôle de ces terres semblait perdu.
Sonkei était parvenu à maintenir l’illusion parfaite à l’extérieur de la Porte. Le Maître était assis sur une chaise, devant la maison en feu, inerte, agonisant. Nomi s’empressa de contenir les forces négatives qui avaient pris possession de Sonkei et de la bâtisse des protecteurs. Il leva les deux bras au ciel et tenta l’invocation suprême qu’il avait apprise lors de son recueillement au Temple pour sauver son maître, mais en vain. Il réussit malgré tout à stabiliser l’équilibre de la zone.
Sonkei, voyant Nomi à travers les brumes du dernier souffle, parvint à esquisser un petit sourire. Dans ce dernier sourire, dans un dernier expir, dans une dernière caresse, l’âme du maître s’envola, sous les larmes de l’élève, et le chagrin des feuilles ; sous les frondaisons frémit ce chuchotis qui vainquit la mort : “Nomi, I missed you”

The Saint

Fils de la terre, The Saint est le descendant d’une ancienne lignée de gardiens. Son nom d’enfance était Nomi. Il fut formé à la pensée Stoïcienne ainsi qu’à la méditation par son maître Sonkeï. Lorsqu’il se sentit prêt, Nomi se rendit au Temple Sacré pour recevoir la connaissance des anciens et recueillir les fruits de son entraînement.

STAGE 5

Young Blood

Nostalgie d’antan, miroir de jeunesse, de l’ancien qui fut choisi.

5. Young Blood

Sonkei accompagna Nomi devant la majestueuse entrée du Temple, et lui ouvrit la grande porte. Examiner les textes saints, apprendre les techniques chamaniques – cette initiation fut le moyen de comprendre la mission qu’il ferait un jour sienne en devenant The Saint : protéger cet environnement diaphane lorsqu’il rayonne, mais d’onyx lorsque point l’effondrement. 
C’est en sondant les textes qu’il comprit précisément le fonctionnement de la Terre mère dans le giron de laquelle germaient les prétendants. Dans cette vie solitaire, plusieurs visions lui apporteraient des allusions à une modification du Cycle. 
Les saisons s’écoulèrent et un jour, un Nomi adulte et expérimenté sortit du Temple sacré. Il se dirigea avec sérénité vers la bâtisse des protecteurs, admirant le paysage immuable, il retrouva ces espaces merveilleux qu’il avait tant aimés. Durant un cycle solaire, il flâna au gré de l’immensité et en redécouvrit les contrées, pour enfin rejoindre les abords de la Porte antique qui marquait l’entrée de l’édifice. Au moment où Nomi pénétra réellement sur la zone, l’agonie d’un monde se dévoila à ses yeux. La végétation moribonde succombait des étreintes du feu ; les cadavres d’animaux parsemaient le paysage. Le contrôle de ces terres semblait perdu. 
Sonkei était parvenu à maintenir l’illusion parfaite à l’extérieur de la Porte. Le Maître était assis sur une chaise, devant la maison en feu, inerte, agonisant. Nomi s’empressa de contenir les forces négatives qui avaient pris possession de Sonkei et de la bâtisse des protecteurs. Il leva les deux bras au ciel et tenta l’invocation suprême qu’il avait apprise lors de son recueillement au Temple pour sauver son maître, mais en vain. Il réussit malgré tout à stabiliser l’équilibre de la zone. 
Sonkei, voyant Nomi à travers les brumes du dernier souffle, parvint à esquisser un petit sourire. Dans ce dernier sourire, dans un dernier expir, dans une dernière caresse, l’âme du maître s’envola, sous les larmes de l’élève, et le chagrin des feuilles ; sous les frondaisons frémit ce chuchotis qui vainquit la mort : “Nomi, I missed you”

The Saint

Fils de la terre, The Saint est le descendant d’une ancienne lignée de gardiens. Son nom d’enfance était Nomi. Il fut formé à la pensée Stoïcienne ainsi qu’à la méditation par son maître Sonkeï. Lorsqu’il se sentit prêt, Nomi se rendit au Temple Sacré pour recevoir la connaissance des anciens et recueillir les fruits de son entraînement.